Thérapie de couple : que faire quand on s’aime mais que ça ne va pas ?

Il existe un nombre incalculable de thérapeutes de couple, de psychologues de couple, de sexologues, de conseillers conjugaux, bref, de différentes approches de la thérapie conjugale : il n’est donc pas si simple de s’orienter.

En effet, selon la nature des difficultés personnelles et/ou interpersonnelles que l’on peut vivre au sein du couple, chaque approche n’aura pas la même efficacité.

Définition d’une thérapie de couple, approches possibles, quand et qui consulter : Mia fait le point.

Difficultés de couple ? Consultez en ligne une thérapeute sur Mia.co

Consultez une thérapeute en ligne par téléphone, messagerie ou vidéo, 7 jours sur 7.

Qu’est-ce qu’une thérapie de couple ?

Une thérapie de couple est une approche thérapeutique relationnelle (entre un.e thérapeute et le couple – ou les conjoints pris séparément.) Elle vise à établir (ou rétablir) un fonctionnement plus sain, équilibré et stable au sein du couple.

Il ne sera ni question de personnalité, ni question des jugements de valeur. Chaque membre devra prendre conscience de son propre fonctionnement, afin de permettre l’aménagement des critères ou des détails qui permettent une existence commune ou familiale plus satisfaisante.

Même si la thérapie peut aussi aboutir sur une séparation “saine” et sans rancœur. 

Dans cette perspective, différentes approches, thérapies, existent. Mais globalement les axes sont les mêmes, afin de permettre une meilleure compréhension de l’autre, et trouver des compromis souhaitables. 

Le thérapeute sera donc une sorte de témoin du couple.

Enfin, une thérapie de couple est différente d’une sexothérapie (ou thérapie sexuelle) ou d’un conseil conjugal. Elle permet d’aborder de façon essentielle et plus large toute la vie conjugale. Et pas forcément la vie sexuelle dans un premier temps.

Par exemple, l’aspect professionnel, les différents emplois du temps, les attitudes à l’égard des différents membres de la famille, si le couple a des loisirs, comment se passe l’éducation et la vie scolaire des enfants s’il y en a, etc.

C’est par la compréhension du mode de fonctionnement du couple et de l’autre, que la thérapie doit permettre une meilleure existence commune.

Pourquoi faire une thérapie de couple ?

Les motifs de consultation d’une thérapie de couple sont évidemment propres à chaque couple. Toutefois, dès lors qu’un des membres (ou les deux membres) du couple souffre, il est recommandé de consulter. Pourquoi ?

Parce que toute forme de souffrance psychique et/ou émotionnelle qui s’installe dans le temps, mérite une aide extérieure.

Pouvant être accompagnés de symptômes plus ou moins graves (dépression, dépendances, etc.), les problèmes de couple ou les crises au sein du couple sont pourtant inévitables et « normales ». Il ne s’agit pas de consulter à la moindre difficulté !

Généralement, les choses rentrent dans l’ordre d’elles-mêmes. Mais ces « crises » peuvent devenir plus graves, si elles ne sont pas reconnues. Et si un des deux partenaires (ou les deux) se sent négligé ou « oublié » dans sa souffrance.

Quelles sont les causes principales d’une crise de couple ?

Parmi les facteurs qui peuvent nuire au couple, on retrouve :

  • Une mauvaise communication : la projection des peurs et des angoisses sur le/la partenaire par exemple. Ou une mauvaise écoute, ce qui rend l’impression de vivre en permanence un « dialogue de sourd » ; 
  • La relation aux parents/beaux-parents ;
  • D’anciennes ruptures amicales et/ou amoureuses qui entrent en conflit avec la relation actuelle ;
  • Un dialogue toxique dans la façon de penser à la place de l’autre et le dévaloriser ;
  • Peur d’être jugé, moqué, incompris ou de blesser l’autre. Ces peurs ou angoissent peuvent conduire à l’absence d’échange dans le couple, en réduisant la communication à des faits uniquement pratiques ;

Toutes ces séquences peuvent se répéter et devenir prévisibles. Avec les mêmes ressentis négatifs (lassitude, désintérêt pour l’autre, ennui, etc.) et des périodes d’agressivité, de reproches et/ou de tentatives de dévalorisation de l’autre.

C’est souvent à ce moment de la vie du couple qu’il peut être judicieux de faire appel à une thérapeute (une aide extérieure) afin de mettre en lumière les mécanismes internes du couple et le fonctionnement de chacun.e.

Même s’il est difficile de reconnaître que son couple « va mal », c’est pourtant une étape essentielle.

En comprenant pourquoi chacun peut souffrir dans l’état actuelle des choses, la thérapie visera à déterminer si un projet de couple uni toujours les partenaires.

Si une séparation doit être envisagée ou au contraire, si un nouvel équilibre peut être trouvé.

L’intervention d’un tiers neutre au sein du couple est parfois le seul moyen de mettre fin à la souffrance, l’incompréhension ou le mépris.

La dynamique relationnelle du couple implique de nombreuses forces. Le rôle du thérapeute sera donc de déstabiliser ces forces, afin que chacun des membres du couple aperçoive ses mécanismes.

Un entretien informatif doit permettre de délimiter le cadre de la thérapie et poser un rapport de confiance avec le ou la thérapeute. Le rythme des séances sera défini, les causes de ce qui amène le couple à consulter, les attentes de chacun.e, les objectifs, etc.

Il est aussi possible que le ou la thérapeute reçoive le couple séparément au départ. Il ou elle instaurera le cadre des séances dès le départ, en expliquant les modalités et les règles qui permettront au couple de trouver un environnement suffisamment sécurisant pour avoir une parole libérée.

Aucun jugement de valeur ne sera émis de la part du thérapeute. Il ou elle n’est pas non plus un arbitre. Il/elle doit être uniquement au service du projet du couple.

Ramener du dialogue au sein du couple

Généralement, on commence la thérapie par une séance hebdomadaire. Puis elles peuvent s’espacer (une tous les 15 jours), afin de permettre entre les rendez-vous de travailler les rapports conjugaux, parfois rythmés par des exercices pratiques.

Les séances peuvent amener à de la colère, de l’agressivité ou de la tristesse, et le rôle du thérapeute sera de notamment traduire ce qui se cache derrière les malentendus, les projections ou le fait de ne pas laisser l’autre parler.

Le premier aspect important sera donc de ramener un dialogue possible entre les partenaires, de (ré)apprendre à communiquer, s’écouter, dans le respect et la bienveillance de chacun, etc.

Par exemple, il se peut qu’une personne monopolise la parole dans le couple. Le ou la thérapeute devra donc rétablir une notion d’équilibre entre les deux partenaires, afin que celui ou celle qui soit en retrait prenne plus la parole, et inversement.

La communication non verbale (froncement des sourcils, grimaces, corps tendu, visage figé, etc.) de celui ou celle qui écoute est aussi importante et peut traduire un certain nombre de mécanismes internes du couple.

Pour résumer, chacun ou chacune doit pouvoir s’exprimer librement, dans un cadre bienveillant et rassurant. Le ou la thérapeute ne prend pas partie, il ou elle est seulement là pour aider le couple, qu’il ou elle voit comme une entité à part entière.

Enfin, les séances peuvent aussi permettre d’être un lieu de négociation, où le couple définit ensemble de nouvelles règles, en reconnaissant leurs points communs, mais aussi leurs différends.

Cela permet de se confronter, de reconnaître des besoins différents, et surtout, de comprendre qu’il existe toujours des solutions ou des compromis.

Combien coûte une thérapie de couple ?

Généralement, le prix moyen d’une séance de thérapie est de 100 euros, et peut atteindre 120 euros. L’intervalle des séances est variable selon les couples.

Sur Mia.co, vous pouvez consulter en couple pour 60 euros.

Le/la thérapeute et le couple peuvent aussi discuter ensemble des modalités (horaires, nombre de séances, prix). La thérapie de couple n’est pas prise en charge par la sécurité sociale, mais certaines mutuelles peuvent effectuer des remboursements. 

Est-ce que la thérapie de couple fonctionne ?

Une thérapie est toujours bénéfique pour le couple, même si certains attendent le dernier moment pour consulter, lorsque la crise est bien installée. La thérapie est en outre le moyen de mieux gérer les désaccords au quotidien.

Donc, premier conseil, n’attendez pas que le couple explose pour consulter. La consultation de couple est une démarche saine qui permet de repartir sur de meilleures bases et de (ré)apprendre à bien communiquer.

Pourtant, la thérapie ne débouche pas forcément sur la continuité du vivre ensemble. Il ne s’agit pas de faire “revivre” absolument le couple. Mais si la thérapie se conclut par une séparation du couple, elle permet que cette séparation se passe au mieux. Notamment si le couple a des enfants. 

L’important est que chacun puisse comprendre ses responsabilités et qu’une décision soit prise en toute conscience de cause. La thérapie peut donc permettre aussi de se quitter sans rancœur. 

En revanche,  en cas de violences conjugales, les thérapies de couple ne sont pas recommandées. La personne violente doit être suivie individuellement. Dans ce cas de figure, la thérapie de couple est systématiquement inefficace. 

Enfin, si le motif de la consultation est en lien avec l’infidélité, il est nécessaire pour le ou la thérapeute d’avoir une approche spécifique. 

Les attitudes à éviter lors d’une thérapie de couple

Il est déjà nécessaire que les deux partenaires éprouvent de la compassion et de l’empathie l’un pour l’autre ; ne pas attendre le dernier moment pour consulter est aussi un facteur important. 

Souvent, le couple a pu aggraver ses problèmes en pensant les résoudre, et il perçoit la thérapie comme “la dernière chance”. 

Donc, les relations intimes sont un moment très important à gérer pendant la thérapie, car ce sont ces moments qui permettent souvent d’exprimer les pensées, et là où les comportements ont un impact sur l’autre. 

Il ne faut pas non plus essayer de mentir ou cacher des choses au thérapeute, même s’il s’agit d’une infidélité. Les deux parties doivent être sincères pour que la thérapie fonctionne et “réparer” le couple. 

Il faut donc retrouver des interactions authentiques avec l’autre, en essayant d’être orienté vers elle ou lui, plutôt que d’être dans la contradiction ou l’opposition. On peut apprécier les différences, sans pour autant craindre un conflit, et se remémorer qu’un couple se fonde sur la communication et les échanges positifs. 

Les deux partenaires doivent donc être volontaires afin d’écrire une nouvelle page à deux. Si l’un des deux partenaires ne joue pas le jeu, la thérapie échouera probablement. 

Quelle thérapie de couple choisir ?

Il existe de nombreuses approches thérapeutiques possibles pour venir en aide aux couples, que nous décrirons brièvement. Ces thérapies peuvent bien sûr se compléter. 

La thérapie comportementale de couple

La thérapie comportementale de couple est basée sur l’hypothèse que la détresse relationnelle et les conflits connexes résultent d’une négociation de relation injuste, dans laquelle les partenaires ne parviennent pas à négocier un échange équitable des réponses préférées. 

Il en résulte un sentiment d’injustice, qui mène au conflit. Le but de la thérapie comportementale est donc d’aider les partenaires à développer des compétences en communication et en résolution de problèmes pour négocier une relation juste perçue mutuellement.

La thérapie comportementale, avec des objectifs cognitifs et émotionnels

Cette thérapie est principalement comportementale avec l’intégration d’objectifs cognitifs et émotionnels. Il comprend des discussions guidées sur les conflits en cours et l’examen des modèles du couple.

La thérapie cognitivo- comportementale conjointe

La thérapie conjointe cognitivo- comportementale est conçue pour améliorer la satisfaction relationnelle du couple.

Elle comprend à la fois des exercices en session et hors session, y compris la psychoéducation, l’établissement d’objectifs spécifiques au couple (se concentrant sur des expériences positives), une communication conjointe améliorée et une attention des activités qui mènent à un évitement comportemental, en même temps que des activités enrichissantes partagées pour le couple. 

Le ou la thérapeute guide le couple pour enquêter sur la manière dont le traumatisme a influencé les pensées liées à la confiance, au contrôle, à la proximité émotionnelle et à l’intimité physique, afin de contester toute évaluation qui influence le fonctionnement individuel et relationnel.

La thérapie cognitive existentielle du couple 

La thérapie cognitive existentielle de couple a été adaptée de la thérapie cognitive existentielle de groupe et vise à aborder des thèmes existentiels et fonctionnels clés, notamment : 

  • L’angoisse de la mort ; 
  • La peur de la récidive et la vie dans l’incertitude ; 
  • La gestion des traitements contre le cancer et leurs effets secondaires ; 
  • L’impact du diagnostic et du traitement sur la relation du couple, y compris l’impact sexuel, la relation avec le personnel médical (et d’autres professionnels), les préoccupations de la famille, l’image corporelle et l’image de soi, les effets sur le mode de vie et les objectifs futurs.

La thérapie conjointe d’amélioration de l’intimité 

La thérapie conjointe d’amélioration de l’intimité vise :

  • À améliorer la capacité des couples à partager confortablement leurs pensées et leurs sentiments concernant le cancer ; 
  • Promouvoir la compréhension et le soutien mutuels concernant leur propre expérience du cancer et celle de l’autre ; 
  • Faciliter une discussion constructive sur les préoccupations liées au cancer ; 
  • Et à améliorer et maintenir l’intimité émotionnelle. 

La thérapie cognitivo- comportementale en couple 

Une approche par étapes est suivie pour apprendre au couple à gérer l’anxiété et la détresse émotionnelle. En particulier lors de séances assistées par le partenaire.  

Ces séances seront axées sur la prévention de la réponse, comprenant l’utilisation de techniques d’expressivité émotionnelle, afin d’améliorer la communication productive pendant les séances. 

Le couple est guidé dans l’élaboration de stratégies d’apprentissage pour faciliter la prise de décision et la mise en œuvre de comportements alternatifs bénéfiques au bien-être du couple.

La thérapie comportementale dialectique 

La thérapie comportementale dialectique de couple met l’accent sur le rôle des émotions déréglées dans la rupture de la communication et l’escalade des conflits. 

Il se concentre sur les façons de valider des compromis entre les partenaires. En particulier en faisant correspondre la forme et la fonction de la communication. 

L’un des principaux objectifs est de réduire les schémas négatifs et de développer des schémas constructifs de communication et d’interaction.

La thérapie de couple centrée sur les émotions 

La thérapie de couple axée sur les émotions est basée sur l’hypothèse que la détresse relationnelle et les conflits connexes résultent d’un attachement insécure. Ce qui conduit à l’insécurité chez l’un ou les deux partenaires, car leurs besoins d’attachement ne sont pas satisfaits. 

L’objectif est donc d’aider les partenaires à comprendre cette insécurité et à développer des moyens de modifier les schémas d’interaction et les réponses émotionnelles, pour favoriser le développement d’un lien émotionnel sécurisé.

La thérapie fondée sur l’espoir et le pardon 

La thérapie de l’espoir est conçue pour changer les croyances irrationnelles et offrir une vision plus optimiste du changement, en partant du principe que l’espoir peut assurer un changement positif. C’est est une forme de traitement court et semi-structurée. 

Les objectifs sont de renforcer les relations et de réduire le taux de divorce en se concentrant sur les objectifs, les réalisations passées, les coalitions positives et saines grâce à des techniques basées sur des solutions et des techniques cognitivo- comportementales.

La thérapie du pardon vise à soulager les sentiments de ressentiment et de colère. Il se concentre sur plusieurs facteurs, notamment : 

  • La prise de conscience (découverte) et le dévoilement de la colère ; 
  • La décision et l’engagement envers le pardon ; 
  • L’action et la compensation ; 
  • La découverte et le soulagement des émotions. 

La thérapie cible aussi la cause du conflit et vise à atténuer la colère accumulée qui pourrait causer de graves problèmes entre les conjoints.

La thérapie centrée sur les problèmes 

Cette thérapie est orientée sur le problème du couple, avec un accent central sur une formation en communication ciblée autour du problème identifié. 

La formation à la communication peut jouer un rôle central, incorporée à des discussions guidées sur les conflits en cours et à l’examen des modèles du couple.

La psychothérapie psychodynamique

La psychothérapie psychodynamique est une forme de thérapie de couple axée sur la perspicacité. Elle est conçue pour aider les couples à explorer comment les difficultés sont survenues dans leur relation et ce qui interfère avec leur changement. 

Il encourage à regarder ce qui se cache derrière les difficultés actuelles et à prêter attention aux facteurs conscients et inconscients.

La psychothérapie 

La psychothérapie comprend à la fois une thérapie de groupe et une thérapie individuelle de couple. 

La thérapie de couple de groupe étant éclectique, elle incorpore plusieurs éléments de la thérapie comportementale, de la thérapie systémique, des approches dynamiques et des disciplines non verbales, y compris la psychomotricité, l’art et la thérapie par l’activité.

La thérapie comportementale traditionnelle du couple 

Cette thérapie de couple suit une approche par étapes pour définir de nouvelles règles et limites en termes de relation.

Elle sert aussi à promouvoir la pratique des compétences individuelles de régulation des émotions. Le couple devra apprendre à utiliser les compétences d’expressivité émotionnelle appropriées pour l’orateur et l’auditeur. Le ou la thérapeute devra aussi informer les couples sur l’anxiété et la dépression.

Ce qu’il faut retenir

Trop souvent, un couple consulte tardivement, lorsque la situation s’est véritablement dégradée. Or, rien n’empêche de se faire aider quand on traverse une période un peu plus compliquée. Cela permet de repartir sur des bases saines.

N’attendez pas le dernier moment : si vous sentez que votre couple éprouve des difficultés, une thérapie sera toujours intéressante pour éviter que les choses empirent.

Difficultés de couple ? Consultez en ligne une thérapeute sur Mia.co

Consultez une thérapeute en ligne par téléphone, messagerie ou vidéo, 7 jours sur 7.

Mia.co : la plateforme de santé dédiée aux femmes

Mia.co est une plateforme de santé dédiée aux femme regroupant des praticiennes toutes diplomées en sexologie.

Elles sont encadrées par un comité scientifique composé de médecins sexologues et de professeur.e.s d’université en sexologie et de membres dirigeant.e.s d’association de sexologues.

La plateforme permet à toutes les femmes de consulter en ligne l’une des spécialistes des questions de sexualité et/ou de bien-être. La consultation en ligne peut se dérouler par 3 modes (téléphone, messagerie sécurisée ou visioconférence) et comporte tous les avantages suivants :

  • Une équipe de praticiennes spécialistes de la sexualité féminine et spécialement formées à la pratique de la téléconsultation ;
  • Une consultation de 30 min à 45 euros (les prix en cabinet varient de 80 à 100 euros) ;
  • La livraison de produits d’accompagnement en 24 ou 48H ;

Les données sont collectées et sécurisées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L.1111-8 du code de la santé publique.


We would like to thank the writer of this short article for this incredible web content

Thérapie de couple : que faire quand on s’aime mais que ça ne va pas ?

Find here our social media profiles as well as other pages that are related to them.https://catherinecoaches.com/related-pages/

Catherine Coaches